27 février 2013

Indépendance d'opinion

Bordel... plus j'erre sur la toile, plus je me demande si les chroniqueurs et autres râleurs qu'on suppose être des meneurs de foule ne seraient tout simplement pas des pantins. A les écouter, j'aurais presque l'impression qu'ils se font plus le rôle de l'écho, que de celui d'émettre des opinions personnelles. C'est quand même pénible de devoir supporter, à longueur de pages, cette uniformisation de "l'idée", à tel point que j'en viens à m'interroger sur la capacité de certains d'avoir des opinions personnelles. Ce n'est pourtant pas compliqué de rester honnête, mais cela doit probablement vouloir dire "affronter ses lecteurs".

Je m'explique. Prenons une situation tout ce qu'il y a d'ordinaire, comme la paranoïa ambiante concernant les lobbies (qu'ils soient juifs, banquiers, politiques, religieux... bref tout lobby qui se respecte). On leur colle tout et n'importe quoi sur le dos: dérèglement climatique, guerres, économie défaillante, chômage, le cancer d'un proche, les pyramides d'Egypte, le camouflage des extraterrestres, le WTC, donc à peu près tout ce qui peut donner envie d'en savoir plus. Au départ, je trouvais la chose amusante, parce qu'elle m'incitait à me documenter, et surtout à recouper ce que je pouvais trouver selon MA façon de voir les choses. De là, bien entendu, je ne reprochais pas à certains de véhiculer des idées plus ou moins saugrenues, puisqu'il y avait là une défense de l'opinion personnelle. Seulement voilà, maintenant nous avons plus le droit à une sorte de soupe unifiée, une cochonnerie où la réflexion personnelle s'est changée en "Je pense comme le site X", ou encore en "Allez voir le site Y, il détient LA vérité". Dites, les fainéants du bulbe rachidien, c'est par soi-même qu'on pense, pas par l'intermédiaire d'un tiers!

Ca sonne comme une évidence? Comme une chose normale? Pourtant, écoutez, lisez, surveillez... Et laissez vous envahir par la frustration d'un océan de non-réflexion. Un peu comme le radeau de la méduse, votre opinion personnelle sera vite porteuse d'idées naufragées dans cet océan de "je pense comme X". J'ai un exemple des plus pénible que j'ai déjà chroniqué concernant le traitement de la foule concernant F.Hollande. Encensé en tant qu'adversaire de N.Sarkozy, il est devenu la cible de la foule, au titre que quelqu'un a dit "il n'avance pas"... Et ce avant même de lui avoir donné le temps d'effectuer une année pleine d'activité en tant que président. J'ignorais que ces mêmes "jamais contents" pouvaient prendre un poste dans une entreprise et être efficace en trois jours. Bizarre qu'on ait envie d'appliquer aux autres ce qu'on n'arriverait pas à s'appliquer à soi. Et pourtant, on dit alors "tel chroniqueur a raison, lisez le", ou plus vicieux, on copie des pans entiers de textes, et on les balance en s'en disant auteur, ou dans le meilleur des cas, colporteur pour la bonne cause. Quelle cause? L'absence de talent? L'absence d'opinion? La simplification des situations pour les présenter sous un jour incomplet et même déplorable? J'ignorais que le rôle du chroniqueur était celui de propagandiste... Enfin bref, passons.

Je n'ai pas la prétention d'être de ceux qui ont de bonnes idées, encore moins d'être un leader d'opinion. Encore heureux d'ailleurs, tant je serais particulièrement frustré d'entendre partout "mes" idées, sans pour autant qu'elles soient prises en compte. En effet, le plus aberrant dans cette attitude globale d'uniformité d'idée, c'est que la grande majorité de ces discours prémâchés sont livrés en quantité, mais pour l'immense majorité digérés... et oubliés. Prenez un peu les propos tenus par des pseudos anarchistes sur la toile, et retenez en l'essence: révolution, anarchie partout, révolte et j'en passe. Résultat? Je n'ai toujours pas vu une seule barricade, et encore moins une seule manifestation contestataire crédible. Et qu'on ne vienne pas me tanner les tympans avec les manifs anti mariage gay, ou la contre manifestation organisée ensuite, ou alors je hurle. Les deux sont une insulte au concept même de réflexion, tant j'ai entendu, dans un camp comme dans l'autre, que des moutons bêlant les discours qu'on leur a founir. Les contres? "homoparentalité=sacrilège". Les pour? "Les couples homos ne font pas de mauvais parents". Mais merde quoi, et des idées, de VRAIES opinions personnelles, vous en avez, ou bien il vous faut quelqu'un pour vous les dicter? Les grands propagandistes avaient raison: il suffit de souffler à l'oreille d'un idiot une énormité pour que celui-ci la prenne pour une vérité.

Et merde...

EDIT:Saleté de correction automatique qui a pris mon j'erre pour "j'errer". N'importe quoi...

1 commentaire:

Mirabelle Schnaps a dit…

Donc, la réponse à la question est : oui, je suis bien cette Wicca là. ^^