31 mai 2007

L’avenir de l’encyclopédie ?

Depuis l’avènement des médias déstructurés et volatiles, c'est-à-dire depuis que le principe du web est entré de plein pied dans les foyers, on ne peut que s’inquiéter concernant la qualité de l’information véhiculée par les millions de pages qui fleurissent les serveurs mondiaux. Entre désinformation, erreurs plus ou moins involontaires pour ne pas dire inepties totales sur certains sujets, il s’avère que trier les informations et la culture sur internet revient à partir à la pêche à la ligne en Sibérie pendant l’hiver, équipé d’un short et d’un tasseau de douze en guise de canne. Le simple fait de passer un mot clé renvoie souvent une multitude de réponses plus insignifiantes les unes que les autres. Alors vers quel messie numérique se tourner pour que le concept d’encyclopédie Universelle devienne une réalité ?

Tout d’abord arrêtons nous un instant sur le concept même de l’encyclopédie : Diderot, artiste de la plume et de l’esprit proposa l’idée de départ étant de regrouper les compétences et cerveaux de son temps dans un « Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers ». De fait, l’époque des Lumières lui fut propice pour trouver des volontés mais aussi pour se voir assailli de critiques par des détracteurs trop inquiets de voir les sciences prendre le pas sur la Foi ou sur les décisions politiques générales. Quoi qu’il en soit, pour un départ ce fut tout de même une certaine réussite puisque l’idée fit son chemin, et aujourd’hui nous profitons de ce principe dans des ouvrages toujours plus riches et complets.

Le papier, la barrière de la recherche dans les monstres que peuvent être l’Encyclopedia Universalis et ses 28 volumes, son coût d’achat prohibitif et l’absence de volonté de devenir abordable fait que bon nombre de gens se contentent donc d’un vague dictionnaire, éventuellement quelques livres spécialisés, mais rarement une de ces collections qui font honneur à la papeterie de luxe et aux bibliothèques bien fournies. De fait, l’Internet devient donc une solution facile, ergonomique et suffisamment riche pour trouver son bonheur… si l’information est cohérente !

Là, on passe dans un domaine sensible : comment faire pour que l’information reste claire si elle est libre ? WIKIPEDIA ! Wikipé quoi demande alors le quidam interloqué par le terme inconnu dans son langage d’humanus vulgaris. Wikipedia, l’encyclopédie coopérative où chacun offre ses connaissances en alimentant la gigantesque base de données du site, le tout offert aux yeux et critiques du tout à chacun. Schématiquement on a donc LE noyau d’informations, la source de départ pour obtenir ce qu’on désire, avec une qualité fort supérieure à la moyenne. Bien entendu, chercher ailleurs en complément est vital car le risque d’article engagé, ou bien pas suffisamment contrôlé n’est pas totalement négligeable, toutefois la bête permet tout de même de faire le tour de bien des questions sans pour autant se perdre dans les méandres du réseau.

Globalement la base documentaire ne fait que grossir, des liens inter articles permettent de naviguer d’un thème à un autre sans difficulté, et le moteur de recherche est globalement efficace. Savourez donc les fiches cinéma, elles sont pour la plupart fort bien documentées, dénuées de commentaires critiques et ne s’attardent que sur la signalétique (acteurs, réalisateur, synopsis du film) ce qui suffit généralement à savoir de quoi il s’agit. J’avoue un faible pour les articles scientifiques qui détiennent la palme de la clarté avec de nombreux schémas ou photographies, des présentations de concepts mathématiques formules à l’appui, et qui plus est bien plus précisément documentés que dans la plupart des sites dits spécialisés.

Le seul avertissement que je prodiguerai c’est bien entendu de ne pas se contenter de cette source, elle est et restera sujette aux risques de déviations du fait de l’aspect coopératif et bénévole des rédacteurs.

Une adresse, une seule : (cliquez sur l'image ci-dessous)

3 commentaires:

tarik a dit…

tout à fait d'accord sauf que l'avantage du wiki par rapport à un dictionnaire c'est que contrairement à ce dernier les définitions ne sont pas figées, elles se peaufinent, se précisent, s'adaptent au temps grace à la contribution de tous... c'est ça l'encyclopédie du futur!

JeFaisPeurALaFoule a dit…

Effectivement c'est aussi un intérêt et un risque puisque le correcteur peut lui aussi et sciemment ajouter des fautes ou des mensonges...

Tarik a dit…

c'est vrai qu'il peut y avoir des internautes mal intentionnés mais partant du principe qu'ils sont minoritaires, l'action de la majorité corrige les conneries de quelques uns... et encore, les gens malintentionnés n'ont aucun avantage à manipuler un article sur la cuisine bretonne, ils vont cibler des sujets politiques où de toute façon la vérité ne sera jamais connue...