04 septembre 2008

Affligeante beauté

Deux petites choses avant de commencer. Tout d'abord je vous présente en haut à gauche une liste de morceaux via Deezer. Essayez la, la lecture est aléatoire. Si vous avez des morceaux qui vous plaisent, trouvez les sur deezer et envoyez nous, via les commentaires, le lien ou le titre en question. S'il me plaît je l'ajouterai à la liste!

Second point plus personnel : Heureux de revoir l'irish parmi nous!

Bon... toutes les flatteries ont une fin, passons aux écrits!

Comme toutes les qualités que l’on prête aux choses, la beauté est subjective et subit la déformation du regard humain. Qu’est-ce qui est beau ? Le coucher de soleil sur l’océan dont la teinte grisâtre signale la présence d’hydrocarbures en elle ? Le visage à l’ovale parfait d’une psychopathe dont on a épinglé le portrait dans un commissariat ? Ou bien peut-être les formes élancées du dernier bombardier américain ? Je sais, j’ai dans mes choix d’exemples les pires possibilités et je dirais même que nombre d’entre vous s’exclameront avec vigueur que leur enfant est beau, que leur fiancée est superbe et que leur voiture est un bijou. Pauvres fous ! Vous ne regardez pas avec les prunelles mais avec le cœur !

Là, j’ai pris une volée de bois vert pour avoir remis en doute la beauté de la copine d’un gorille profondément imbécile… Tant pis : le voir devenir furieux à la seule idée que son idée de la beauté ne soit pas la mienne me rend heureux. C’est dégueulasse de ma part, mais j’estime qu’être beau ou laid n’est qu’une façon de se mettre en avant pour que le cœur de l’autre soit mis en émoi, ceci le temps de faire connaissance, et de constater que l’être chéri de nos vœux n’est qu’une vulgaire et insipide copie d’une icône quelconque. Décevant bilan, d’autant plus rageant que l’on s’accroche à l’esthétique à peu près autant qu’un gosse se raccroche à son doudou. « Non content d’être con il ne manquerait plus qu’il soit laid ! » pourrait ajouter l’adolescente tenant à son bras son demeuré et néanmoins athlétique petit copain du moment. Cela démontre sans conteste qu’être beau peut être d’une affligeante nécessité, ne serait-ce que pour compenser d’autres tares intellectuelles.

Certains tenteront de se rattraper aux branches en sanctionnant mes dires via le retour indispensable au cœur : c’est lui qui voit et non le cerveau. Bah voyons : mettez trois crétins cosmiques devant les rivages d’Irlande et aucun ne vous dira que c’est laid (à moins que ce dernier soit un con d’anglais… pléonasme). Il y a donc des standards de la beauté comme il y a des critères pour la laideur et cœur ou pas nul n’y échappe ! J’entends bien tous ces vaniteux qui s’enorgueillissent d’être propres de ce point de vue et qui au surplus vantent leur droiture morale envers les « monstres » (mot qu’ils ne citeront jamais par ailleurs). Faux culs ! S’il leur est donné de voir la pauvre personne au physique ingrat, à l’élocution bafouillante et au surplus une dentition à faire frémir le plus héroïque des dentistes m’est avis que leurs yeux se détourneront vers quoi que ce soit de plus tolérable. C’est un fait : admettre la laideur ce serait alors admettre que l’imperfection est humaine alors que la civilisation tend justement vers cet idéal eugéniste.

Alors, l’amour là-dedans ? En dehors de l’expression physique et morale de quelques hormones et en conséquence le besoin de côtoyer sans arrêt l’autre, l’amour s’accommode que très mal de la disgrâce physique. On parle de beauté de l’âme et en toute honnêteté l’âme humaine me paraît bien incapable de produire quelque beauté que ce soit. Depuis quand sommes-nous tous propres au fond ? Allez, avouez le, vous avez tous tenus un jour un propos raciste, insulté intérieurement la bêtise d’un vieux ou la connerie d’un jeune, vilipendé vos parents et suprême effort résisté à l’envie de dire à votre conjoint que c’est un débile fini. Personne n’échappe à cela, pas plus moi qu’un autre type sur terre… et puis les seuls connus pour avoir (apparemment) été suffisamment propres ont finis cloué sur une croix ou jetés en pâture à des fauves affamés. Dans le genre destin à la con pour les belles âmes, pardon mais la crucifixion ou le sacrifice dans la fosse aux lions très peu pour moi merci ! De fait, nous sommes faibles et l’amour est donc sujet à caution. Il vous faut croire ce que l’autre affirme quand il vous dit beau. Personnellement celle qui me dit que je suis beau a des soucis oculaires sévères et serait avisée d’aller consulter en urgence. C’est encore une fois subjectif puisque je me juge moi-même, mais c’est plus méritoire que d’aller juger autrui, non ?

Bref, la beauté est affligeante car elle s’offre en spectacle pour provoquer le désir et surtout pour se rendre inaccessible. Durant des années j’ai trouvé les mannequins féminins au mieux insipides au pire laids. On m’a taxé de folie ou d’hypocrisie, mais que voulez-vous la maigreur me semble aussi disgracieuse qu’un bec de lièvre, ou dans le même ordre d’idée une femme sans poitrine m’apparaît parfaitement inintéressante. C’est sûrement osé d’aller à contre-courant et d’avouer ouvertement que j’ai des critères, mais qui n’en a pas ? Ne jouez pas les autruches, faites votre introspection et reconnaissez que vous ne pouvez pas résister à certains détails physiques, à certains gestes voire même certains tics supposés mignons !

Je n’ai pas cette attitude fallacieuse d’affirmer que toute femme est belle : une femme est belle dans le regard de l’homme qui l’aime, et inversement tout homme n’est beau que pour celle qui s’est offerte à lui. Dans ces conditions je suis profondément mal barré ! Je pourrais éventuellement me rattraper sur la beauté intérieure, sur la beauté de l’art de l’écriture, mais ce serait que temporaire, juste le temps qu’elle conçoive l’envie de me lire… ici même. C’est donc en l’occurrence un suicide sentimental que de vous révéler, chers voyeurs, que j’aime les femmes avec des fesses et des seins, de la même manière c’est une autodestruction de la séduction que de vous avouer que je fonds pour certains petits détails que je tairai. Ah, l’écrit ! Grâce à toi je peux plaire, mais surtout à cause de toi je serai sûrement banni à tout jamais de bien des girons ! Foutue plume ! Foutue beauté !

3 commentaires:

Carine a dit…

Rire..
Autant dire que pour les Femmes qui cherchent la beauté du détail, c'est râpé!

Quant aux "autres"...la Beauté est partout, ouvrez les yeux.

Aux plaisir ici ou ailleurs, trés cher.

Anonyme a dit…

que rajouter au commentaire d'une magnifique amie !
oui, c'est vrai , la beauté est partout ! et enfin l'honneur aux formes !
corrine

Anonyme a dit…

une apologie aux formes, on se reconnaitrait facilement, mais ce texte, c'est une beauté à lui tout seul ! les hommes talentueux et fous, oui tu es les deux te l'ai dit, on une part de beauté qui dépasse largement les contextes internes et externes de ce qualificatif, merci pour ça
didine