04 juin 2008

Victimes de la publicité

Autant le dire sans détour, nous sommes toutes de sacrées victimes du matraquage audiovisuel dans tous les domaines. Bien qu’il me soit difficile de l’admettre sans grogner contre ma propre photosensibilité, j’avoue avoir la faculté aussi inutile que surprenante de pouvoir reconnaître une quantité astronomique de slogans, musiques de publicités, génériques d’émissions et même, oh suprême don de dire dans certains cas qui en est l’auteur voire même le compositeur. Malgré le sourire moqueur que je détecte déjà sur vos faciès, admettez que, vous aussi, vous êtes tous capables de telles prouesses.

Après avoir laisse méditer vos chers esprits sur la question, j’en vois encore certains qui ne sont pas d’accord avec mon affirmation… D’accord, faisons un petit test :

Il est fou _____, il est fou !
Il faudrait être folle pour dépenser plus ! _____
La perfection au masculin. _____
Nous vous devons plus que la lumière - Donner au monde l'énergie d'être meilleur _____
Elle a tout d'une grande! _____
Nous n'avons pas les mêmes valeurs _____

Laissez vous quelques instants … et notez les réponses. Sidérant non ? Vous avez donc trouvés les marques représentées par ces différents slogans, et qui plus est il vous est donc pénible de vous considérer comme des victimes de la publicité. Considérant cet aspect pénible, enfonçons nous encore plus avant dans la téléphagie : Les musiques d’émission. Je suis certain que vous êtes tous plus ou moins capables de déterminer le nom d’une de ces émissions peu qualitative et surtout au contenu décérébrant rien qu’aux premières notes de son thème… Allez, ne minaudez pas, ne tournez pas autour du pot ! J’en suis moi aussi, tous nous sommes logés à la même enseigne, et les enfants, eux aussi peuvent facilement en faire autant !

Au fait voici les réponses: Afflelou, Eram, Gilette, EDF, Renault Clo et enfin les rillettes Bordeau Chesnel.

Nous avons donc abordés le son et l’image, mais qu’en est il du nom à proprement parler ? Vous souvenez-vous du jeu de collégien nommé le « Baccalauréat » ? La règle en est simple : une lettre, un certain nombre de thèmes, et l’obligation de remplir la liste en trouvant un nom ou un mot correspondant. Par exemple prenons la lettre J et trouvons un prénom, une marque quelconque, un pays, une plante et pour finir un objet. Julie, Jaguar, Japon, jasmin, jogging. Si vous vous sentez l’âme d’un joueur, tentez donc de refaire le même principe en tentant d’accoler une marque par lettre de l’alphabet. Le plus énervant c’est que globalement nous y parvenons quasi totalement ! Pourtant, l’immense majorité de ces références nous sont inutiles puisque jamais ne serait-ce qu’approchées de près ou de loin. Certains diront que les lettres « rares » comme le Y ou le Z sont épargnées… Ah parce que Yoplait, Yves Rocher ou bien Zara c’est inconnu à vos oreilles ? Inutile de hurler de frustration, c’est commun à toute personne vivant en pays dit urbanisé, nous n’échappons donc pas à la mémorisation des marques de manière nominative.

Dernier point qui sublime le reste, les logos. Ah, l’imagination de nos commerciaux et autres experts en communication pour nous coller des symboles colorés afin que nous retenions la marque vantée à corps et à cri. Ca vous tente un petit test, là comme ça, sur le pouce ? Personnellement je vous en mets un fichier dédié, et ne me dites pas que vous êtes incapables de tous les reconnaître, ils sont dans votre quotidien, que cela nous plaise ou non. Alors… jouons !

Cliquez ici pour télécharger le test (au format Excel)

3 commentaires:

Anonyme a dit…

"La publicité c'est la gloire du riche, la gloire c'est la publicité du pauvre"
Auguste Detoeuf

Anonyme a dit…

Saviez vous qu'il y avait beaucoup moins de panneaux publicitaires dans les quartiers riches de paris que dans les quartiers pauvres? Tout cela n'est pas dû au hasard, les riches aiment rejetter leurs dejections sur les pauvres tout en s'enrichissant sur la consommation de ces derniers...

Thoraval a dit…

Donc, la publicité réclame?