04 décembre 2007

Message de révolte

Ceci serait un discours à énoncer lors d’une révolte populaire, essentiellement dans un esprit de fédération des forces vives de la foule. Il est bien entendu évident que cette diatribe orale est à prendre en tant qu’harangue et non comme une notice pour déclencher quoi que ce soit. Toutefois, je pense que me mettre dans l’état d’esprit de l’orateur pourrait vous permettre d’y trouver les choses qui vous correspondent, et éventuellement même d’être (je l’espère) une forme d’éclairage sur certaines opinions que nous pouvons porter en nous et qui nécessitent un éclairage plus clair.

C'est mon cadeau pour le 200ème message de ce blog! Merci de m'avoir lu jusqu'à présent!

JeFaisPeurALaFoule

« Amis !

Il n’est plus temps de se lamenter sur le passé, ni même de garder en soi les remords d’une lâcheté électorale qui fut la nôtre au mauvais moment. Aujourd’hui, il n’est plus utile de constater que notre manque de détermination a offert un terreau fertile à l’oppression et au totalitarisme camouflés sous la fermeté et le déterminisme. Nous tous, gens de toutes extractions sociales nous vivons sous le même ciel, respirons le même air vicié et craignons la matraque d’une dictature devenue trop sûre d’elle. Regardez vous, regardez moi : nous avons trop tremblés pour le confort chèrement acquis avec notre sueur, nous avons trop privilégiés la fuite pour se protéger plutôt que de comprendre qu’à terme nous serions tous victimes de ce fonctionnement intolérable. D’êtres humains nous sommes devenus un bétail docile, des animaux de ferme qu’on trait, nourrit et même tue en silence, car notre volonté s’est vue assujettie à la loi martiale. Nous ne devons plus subir ce joug un jour de plus !

Depuis toujours chaque gouvernement totalitaire s’est appuyé sur notre volonté de changement pour finir par la scléroser de peur d’en perdre le contrôle. Les apôtres du nationalisme furent systématiquement les bâtisseurs de désastres, et à chaque fois le peuple paya de son sang la défaite et le naufrage général des institutions. Quand je regarde les étendards prétentieux s’aligner sous nos yeux je crie intérieurement de rage et d’impuissance. Ne laissons plus les pavés sous l’asphalte, levons nous d’un seul mouvement, fiers, une unité indivisible et invincible : le peuple. Nous sommes tous ensemble, hommes, femmes, enfants des membres de cette communauté qui n’a pas de couleur ni de « race », nous sommes tous des habitants de ce monde pour lequel nous voulons légitimement liberté et tolérance. Plus de prisons morales pour nos enfants embrigadés, plus de barreaux pour les poètes et les musiciens ! Soyons les briseurs de cellules et les défenseurs de l’indépendance d’esprit de chacun !

Hier comme aujourd’hui les fusils surent mater les plus belles volontés, les brigades surent écraser dans le sang les manifestations pacifiques. Il n’est plus temps de brandir des banderoles ornées de slogans, les slogans n’ont plus de raison d’être. L’action, seule l’action saura nous délivrer de cette situation. Le poing levé, marchons tous vers la liberté, reprenons à nos dirigeants ce qu’ils nous doivent ! Ce n’est pas au peuple de craindre l’état, c’est à l’état de craindre la colère de son peuple, et aujourd’hui je vous demande à tous, individus libres de penser, voulant se mobiliser de trouver des amis, des frères d’armes pour renverser une fois pour toute le veau d’or qu’est le dictateur haï.

Aux heures sombres de la résistance bien des meneurs furent fusillés, emprisonnés, torturés, effacés de l’histoire et des mémoires. Un anonyme enterré dans une fosse commune qui fut un héros, tout comme une autre personne inconnue ayant choisie de mourir plutôt que de vivre derrière des barbelés. Ce choix, je vous demande de le faire en votre âme et conscience : je ne suis pas un meneur, pas plus qu’un guide qui saurait prendre les bonnes décisions. Je vous dis juste que je suis prêt à faire le premier pas, à ne plus courber l’échine face à un drapeau qui n’est plus le mien, je me refuse à me soumettre encore une fois à cette imposture qui nous sert de gouvernement. La volonté d’un peuple doit se ressentir dans les actes de ses dirigeants, et je veux que ces chefs aient peur, qu’ils tremblent en entendant que ce ne sont plus les bottes de la police qui heurtent les pavés mais le pas des chaussures des courageux et déterminés s’étant décidés à les renverser !

Battez vous : par l’écrit distribuez et affichez des appels aux armes. Menez une sape permanente contre la propagande qui nous rend tous paranoïaques. Votre ennemi n’est pas votre voisin, ce n’est pas votre ami que vous devez craindre ! Invitez les forces de police, de gendarmerie et même de l’armée à vous rejoindre. Trouvez des volontaires pour vous équiper et organiser en bataillons. Soyons une armée populaire, une armée du peuple pour le peuple et par le peuple. Par les actes battez vous en pillant les casernes, en saisissant les arsenaux, armez vous et préparez vous à reprendre les mairies et administrations. Piratez les radios pour y diffuser des messages personnels, communiquez et menez la révolution ! Chantez l’hymne qui doit être un chant populaire et non une menace. Aux armes citoyens !

Enfin, soyez fiers de vos morts, honorez leur courage par le vôtre et ne fléchissez pas tant que le pouvoir totalitaire sera en place. Il ne faut plus reculer, plus un pas en arrière. La colère d’un peuple ne doit pas se taire parce que son état ne sait plus l’écouter. Je demande à toute personne susceptible de mener les troupes populaires de se manifester et de fédérer autour de lui le moindre village, le moindre hameau de notre beau pays. Il n’est plus temps d’attendre, faites que ces jours sanglants soient dans le futur des dates incontournables dans les livres d’histoire où nos enfants liront que la liberté fut acquise par le peuple contre son oppresseur, et que la mort des héros de la révolte ne fut pas vaine.

Merci à tous, mes amis, mes frères. »

4 commentaires:

Thoraval a dit…

Bonsoir. Je vais répéter ce que je disais au téléphone. C'est un très beau texte, un texte difficile sans doute aussi pour qui ne possède pas de culture politique ou le sens pratique de la Cité. Complexe aussi, mais non compliqué. C'est un texte de Politique au sens Noble du terme, et non de politique bassement partisane d'un côté comme de l'autre (celle des oeillères!). C'est un texte cohérent, qui arrive trôp tôt ou trop tard, ce qui est finalement normal pour un avertissement.
J'espère que ce texte sera lu par le plus grand nombre, qu'il soit compris ou qu'il laisse un fond de pensée durable et non éphémère.
Cela doit plaire ou déplaire, donner à discuter, à converser. Mais, je me montrerai méfiant envers ceux qui se définiront indifférents envers cet écrit. Cela voudrait signifier qu'ils sont cons ou lâches, voire, par générosité d'âme, les deux à la fois, puisque le cumul d'incapacités est comme celui des mandats, chose fort possible.
En dehors de ceci, encore une belle démonstration de talent...
Et, enfin, pour ceux et celles qui craindraient que l'on tape sur le dos de leur héros écrivain; lisez aussi le texte Architecture atmosphérique, vous serez rassurés pour son dos; il a un nouveau fauteuil qui lui sied à ravir...

Anonyme a dit…

bonjour,
étant un lecteur assidu de vos textes,je trouve celui ci tres bien ecrit,comme tous less autres,oser exprimer sa pensée de cette maniere ,bravo,malgré la liberté d expression souvent muselée ou censurée,peu de gens le font,
la révolte contre un gouvernement est justifiée, mais comment pouvons nous le faire, nous belges, qui n en avons plus, nos elections de juin passé qui ont permi au peuple de donner son avis, sont bafouées par dses magouilles au chaqun essaie de tirer la couverture a soi,le tout visant a eclater notre pays,,triste sort pour un pays dont le devise est " l union fait la force" comme le dit mon ami français Thoraval, un avertissement vient toujours trop tard,le grand principe de diviser pour mieux régner n a pas disparu au contraire,j aime mon pays, mais au vu de ça j en arrive a etre honteux d etre belge,on parle d elections truquées en russie, mais que doit on dire des notres, truquées? surement pas, mais les magouilles post electorales finnissent par explique que le vote du citoyen ils s en foutent totalement, ils s arrangent entre eux apres, mais cette fois l arrangement est difficile a venir,
en bref, un texte comme je les aimes virulent diront certains,juste diront d autres, voire revoltant,c est ça la liberté d expression, mais les moutons de panurges sont légions dans ce bas monde, sommes nous obligés de dire beeeeehhhh,non surement pas,,
mes amitiés,,Daniel

Thoraval a dit…

Encore moi... Voici Sans doute réunis les meilleurs dégustateurs de bière de l'Union Européenne... Je reviens faire un commentaire sur celui de l'Anonyme que nous connaissons tous sous le prénom de Daniel, Belge de son état. Daniel si ta verve, par ton amitié envers ma douce Moitié te fit me dénommer comme Français, je tiens à rectifier. Mon pays, c'est l'Irlande, mon âme, c'est l'Irlande, mon sang, c'est l'Irlande. Et si je tiens à cela, la raison en est simple. JeFaisPeurALaFoule a vu son pays se désintéger. Le mien, je l'ai connu sous une guerre civile auquel on ne reconnaissait pas ce statut pour des raisons de politique courtoise et pernicieuse à l'égard de la Couronne rosbeefienne. La Belgique se déchire... N'est-il pas bizarre de voir trois Mousquetaires étrangers sur ce blog à réagir?... Gens de France, oyez le Hérault de ces lieux, car ils vous parle à vous, pays chanceux sans guerre depuis de nombreuses décennies! A un pays qui gâche sa paix... Quel prix lui donnerez-vous? Oyez, gens de France, car voici les héritiers de votre Révolution qui vous regardent avec la colère d'un jugement sans pitié! La Liberté, la Culture, le Droit, toutes ces choses ne s'offrent pas, ne se donnent pas, elle s'acquièrent et se conquièrent... Et si vous croyez le contraire, c'est que votre amorphisme cérébral est en phase terminale; choisissez le traitement: la balle salvatrice ou la connerie à perpétuité! Et les cons n'ont pas le droit à la parole... Oyez, gens de France, un Hérault passe parmi vous, aveugles qui font les sourds... Regardez, gens de France, vos défenseurs ne sont plus de votre sol, simplement de votre héritage!

chapolin790 a dit…

J'ai passé mon enfance en Côte d'ivoire et naturellement c'est mon pays ... celui de mes rêves ... et de mes cauchemards ...
Ravagé !
Oui il faut faire la révolution mais on y arrivera pas sans éducation, sans l'education clairvoyante du peuple ...
L'autre jour dans une discussion avec un étudiant en deuxieme année de faculté de droit je me suis rendu compte qu'il pensait que nous pouvons mutter génétiquement, comme çà ... pouf ... t'as muté !
Il y a déjà longtemps que je m'attendais a ce genre de reflexion quand on voit le matraquage de ces series débiles sur m6, tf1 etc etc je me dirais que les incultes finiraient par le croire ... je viens de le constater. Une copine m'a fait remarquer 'Mais tu te rend compte que ce mec va avoir des responsabilités !' et je lui ai retorqué que j'avais du me battre pendant presque une heure pour lui faire entendre raison et encore il n'a surement pas compris ... combien sont-ils comme çà completement perdus à la merci de la moindre croyance ?
Si on fouille internet on se rend compte que 80% des canadiens ne savent pas que le virus du sida se transmet par la fellation !
Triste constat ... et quelle est l'ampleur de ce desastre de l'obscurité dans laquelle sont plongé les peuples ?
Il n'y a qu'un seul moyen dans le futur, c'est l'education, la revolution par l'education ... le sang ne servira à rien si c'est pour revenir à une même situation d'inculture et de manque d'hygienne généralisé.